Le salon des Solutions
environnementales du Sud-Ouest

Les Actualités

Réchauffement climatique et santé : le bilan est alarmant

25/11/2023

Réchauffement climatique et santé : le bilan est alarmant

Crédits : Jasper Wilde, Unsplash

Une coalition de scientifiques a analysé les conséquences du réchauffement climatique sur la santé. Explosion de la mortalité, exposition croissante aux maladies, fragilisation des systèmes qui nous maintiennent en bonne santé... les chercheurs tirent la sonnette d’alarme. 

Le monde a connu en 2023 les températures les plus élevées depuis plus de 100 000 ans. Une coalition d’une centaine de scientifiques a publié dans la revue The Lancet, le 14 novembre, son huitième rapport sur les conséquences du réchauffement climatique sur la santé. Le bilan est alarmant.

La hausse des températures impacte d’abord directement la santé. Les décès liés à la chaleur chez les personnes âgées de plus de 65 ans ont augmenté de 85 % par rapport à 1990-2000. Ce taux aurait été de seulement 38 % si les températures n’avaient pas augmenté entre ces deux périodes.

Des systèmes fragilisés par le réchauffement climatique

Parallèlement,  les auteurs notent que le changement climatique perturbe les systèmes naturels dont les populations dépendent pour rester en bonne santé. La superficie mondiale touchée par une sécheresse extrême est passée de 18 % en 1951-60 à 47 % en 2013-2022, mettant en danger l’accès à l’eau, l’assainissement et la production alimentaire. En 2021, 127 millions de personnes supplémentaires ont été dans une situation d’insécurité alimentaire modérée ou grave, par rapport à la période 1981-2010.

Les modifications des conditions climatiques exposent également davantage les populations à des maladies infectieuses parfois mortelles, comme la dengue, le paludisme, la vibriose et le virus du Nil occidental.

Par conséquent, les systèmes de santé sont de plus en plus sollicités. Les auteurs soulignent que 27 % des villes interrogées déclarent s’inquiéter du fait que leurs systèmes soient submergés par les impacts du changement climatique. Avec, en sus, de fortes inégalités : «  Souvent en raison de ressources financières limitées et de faibles capacités techniques et humaines, les pays les plus vulnérables aux impacts climatiques sont également ceux qui ont le plus de difficultés à progresser en matière d’adaptation, ce qui reflète les risques humains d’une transition injuste », note le rapport.

 Sans actions, le pire est à venir

Ces chiffres ne sont que « les premiers signes et symptômes » notent néanmoins les auteurs. Si la température moyenne mondiale atteint un peu moins de 2°C et sans progrès en matière d’adaptation, les décès annuels liés à la chaleur devraient augmenter de 370 % d’ici 2050.  Environ 525 millions de personnes supplémentaires connaîtrait une insécurité alimentaire d’ici 2041-60.

Les maladies infectieuses se propageraient davantage, avec une extension de 17 à 25 % de la longueur du littoral propice aux agents pathogènes vibrio et une augmentation du potentiel de transmission de la dengue de 36 à 37 % d’ici le milieu du siècle.

« Avec 1 337 tonnes de CO2 émises chaque seconde, chaque instant de retard aggrave les risques pour la santé et la survie des populations », alertent les scientifiques. « Ces estimations donnent une idée de ce que l’avenir pourrait nous réserver, ajoutent-ils. Cependant, une mauvaise prise en compte des réponses non linéaires, des points de bascule et des interactions en cascade et synergiques pourrait rendre ces projections caduques, augmentant de manière disproportionnée la menace pour la santé des populations du monde entier. » Autrement dit : sans action rapide et à la hauteur, le bilan pourrait encore s’alourdir.

environnement-magazine

Annonce Publicitaire