Le salon des Solutions
environnementales du Grand Ouest

Les Actualités

2 graphiques pour comprendre les pluies record qui se sont abattues sur la France ces dernières semaines

18/11/2023

2 graphiques pour comprendre les pluies record qui se sont abattues sur la France ces dernières semaines

Météo-France explique la "succession de passages pluvieux quasiment continus" de l'automne 2023 par un phénomène de "rail des dépressions". Mais les très fortes pluies s'inscrivent également dans un contexte de changement climatique. (HELOISE KROB / FRANCEINFO)

Cette première moitié du mois de novembre est marquée par des épisodes pluvieux exceptionnels.

C'est du jamais-vu. Les pluies qui s'abattent sur une grande partie de la France depuis plusieurs semaines battent des records. "C'est la première fois qu'il pleut autant en 26 jours",  a ainsi annoncé Météo-France lundi 13 novembre. Et la situation devrait encore durer au moins plusieurs jours, avec de nouveaux passages pluvieux attendus en fin de semaine.

Un cumul moyen de 215,4 mm d'eau est tombé en France métropolitaine entre le 18 octobre et le 12 novembre. Jamais une telle quantité n'avait été mesurée sur cette échelle de temps. Le précédent record date de 1993. Cette année-là, un cumul de 196,9 mm avait été relevé entre le 21 septembre et le 16 octobre.


D'après les données pluviométriques quotidiennes fournies par Météo-France, les précipitations les plus fortes ont été mesurées le 19 octobre (19 mm sur la France hexagonale), le 4 novembre (15,7 mm) et le 26 octobre (14,8 mm).

Météo-France explique cette "succession de passages pluvieux quasiment continus" par un phénomène de "rail des dépressions" qui domine l'Atlantique depuis plusieurs semaines. Ce courant atmosphérique, soufflant d'Ouest en Est, est dirigé sur la France. "Il fait office d'une autoroute pour les perturbations", résume Météo-France.

Mais ces très fortes pluies s'inscrivent également dans un contexte de changement climatique. "Le fait que les précipitations soient plus abondantes chaque jour, c'est en cohérence avec le réchauffement climatique", explique Christine Berne, climatologue à Météo-France, auprès de franceinfo.

Cette spécialiste rappelle qu'avec des températures de l'air et des océans plus élevées, l'air devient plus humide. "Or, lorsque l'air est plus humide et qu'il y a des précipitations, celles-ci sont plus fortes, précise Christine Berne. Les mêmes perturbations qui nous ont arrosés en 2023 se seraient produites de la même façon il y a vingt ou trente ans. Mais elles ne nous auraient pas arrosés de la même façon. Il y aurait eu des précipitations environ 10% moins abondantes", résume la climatologue.



Les cumuls mensuels de précipitations, en France, montrent que les pluies d'octobre ont été très excédentaires. Elles ont été supérieures de près de 40% à la moyenne des cumuls mesurés le même mois entre 1991 et 2020. Et le niveau attendu pour un mois de novembre complet serait déjà en passe d'être atteint. "Au 13 novembre, nous avons déjà quasiment cumulé la pluviométrie moyenne mesurée entre 1991 et 2020. Donc tout ce qui va tomber maintenant, c'est du bonus", constate Christine Berne.

Mais la climatologue prévient que ce "bonus" n'aura pas les mêmes conséquences dans toutes les régions. "C'est du bonus dans le sens où les nappes phréatiques se rechargent. Mais pour certaines régions, cela va être un nouvel excédent qui est de trop", alerte-t-elle. Parmi les territoires qui sont déjà en excédent, Christine Berne cite notamment le Nord, le Pas-de-Calais, la Savoie, la Haute-Savoie ainsi qu'une grande partie du Sud-Ouest. Si des précipitations abondantes perdurent dans les prochaines semaines, ces régions pourraient se retrouver exposées à des risques de débordement des cours d'eau ou d'inondations, comme c'est le cas pour le Pas-de-Calais.

Une nouvelle perturbation jeudi

La situation est d'autant plus inquiétante selon cette climatologue que les perturbations actuelles sont relativement précoces. "Ce qui est plus préoccupant cette année, c'est qu'on est à peine à la mi-novembre et que la saison des tempêtes et des précipitations est plutôt devant nous", met en garde Christine Berne.

En attendant de voir ce que le ciel réserve pour les prochains mois, les prévisionnistes ont déjà annoncé que la pluie devrait encore durer au moins quelques jours. Après une courte accalmie prévue mercredi, il faudra s'attendre à "l'arrivée d'une nouvelle perturbation par l'océan jeudi, suivi d'un nouveau passage pluvieux en fin de semaine", prévoit Météo-France.

francetvinfo

Annonce Publicitaire