Le salon des Solutions
environnementales du Grand Ouest

Les Actualités

Déchets : la France est-elle vraiment mauvaise élève ?

01/01/2020

Déchets : la France est-elle vraiment mauvaise élève ?

La loi « antigaspillage » a été adoptée par les députés dans la nuit du 20 au 21 décembre. Elle prévoit d'atteindre 100 % de plastique recyclé d'ici cinq ans et de limiter les contenants à usage unique. Le but est évident. Il faut réduire la production de déchets et encore améliorer le recyclage.

Au sein de l'Union européenne, moins d'un tiers des déchets plastiques est recyclé. La plupart sont en effet incinérés ou déposés dans des décharges. Les emballages représentent à eux seuls 40 % de ces déchets.

La part de recyclage des emballages en plastique varie fortement entre les pays de l'UE. La France et la Finlande sont les moins bonnes élèves en en recyclant moins de 30 %. La Lituanie a contrario donne le bon exemple. Ce pays membre de l'UE depuis une quinzaine d'années parvient à recycler plus de 70 % de ces emballages en plastique.

La France est-elle si mauvaise avec l'ensemble de ses déchets ?

Tous déchets confondus, l'Hexagone est le 13e plus gros producteur de déchets d'Europe. Avec près de 5 000 kilos par an et par personne elle reste légèrement en dessous de la moyenne de l'Union européenne. Ces chiffres englobent tant les produits alimentaires que les déchets issus du bâtiment.


En termes de recyclage – toutes matières confondues –, la France est bien meilleure que la moyenne des pays de l'Union européenne. Elle recyclait 55 % de ses déchets en 2016. C'est mieux que l'Espagne, mais bien moins que l'Italie qui atteint presque les 80 %.



Et le gaspillage alimentaire ?

Entre 2013 et 2018, diverses lois françaises sont adoptées pour lutter contre le gaspillage alimentaire. Il est par exemple interdit aux grandes surfaces de rendre impropres les invendus alimentaires.

Selon le rapport de 2016 publié par l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe), la France gaspillait 10 millions de tonnes de nourriture par an, soit approximativement 16 milliards d'euros d'impact économique et 15,3 t de CO2 produit. C'est près de 18 % de la production alimentaire qui se trouve perdue ou gaspillée chaque année en France.

C'est au niveau des consommateurs, restauration collective comprise, que le gaspillage a le coût financier le plus important. La part d'impact économique au stade de la consommation est de 45 %, soit plus de 7 milliards d'euros de perte.


Limiter les contenants en plastique, développer la vente en vrac, ou encore améliorer l'information du consommateur sur les consignes de tri. Le projet de loi devrait pouvoir améliorer la position de la France en matière de gestion du plastique.

source : le point

Annonce Publicitaire