Le salon des Solutions
environnementales du Sud-Ouest

Les Actualités

Narbonne : quelles recettes pour alléger sa facture énergétique ?

14/01/2023

Narbonne : quelles recettes pour alléger sa facture énergétique ?

Matthieu Clémenté et Olivier Leclercq sont les deux conseillers énergies de Rénov'Habitat Grand Narbonne

Jusqu'ici, la douceur hivernale et le bouclier énergétique du gouvernement assurent une double protection pour les particuliers. Sur fond de fortes hausses des prix de l'énergie, la facture risque pourtant d'être aussi salée pour eux, dès cet hiver... et à plus long terme. Quelles "recettes" concrètes pour faire face ? Entretien croisé avec les deux conseillers France Renov' du Grand Narbonne.

Les aides financières remontent pour des travaux d'isolation ? Les prix de l'énergie flambent ? Matthieu Clémenté et Olivier Leclerq sont au courant depuis longtemps... Car ils sont en première ligne pour recevoir les vagues de particuliers, affluant ou refluant, au gré des incitations ou des restrictions, toujours changeantes. Matthieu et Olivier sont conseillers France Renov', intégrés au sein de la Maison de l'Habitat du Grand Narbonne. Ils y renseignent particuliers et même professionnels, gratuitement et indépendamment de tout enjeu commercial... un service public en somme, précieux, car il permet à chacun de faire des choix éclairés. Lumière !

Face à l'énergie chère, quelles sont les principales "fausses bonnes idées" ?

La première est de changer de source d'énergie sans prendre le temps de réfléchir aux caractéristiques de son logement. On a eu ces derniers mois un afflux de demandes pour sortir du gaz : on a vu des gens avec des chaudières gaz à condensation quasi neuves vouloir passer à l'électrique, avec des pompes à chaleur qui auraient été inadaptées à leur réseau de radiateurs... Certains voulaient même arrêter leur système de chauffage central, pourtant le plus qualitatif, pour installer à la place des climatiseurs qui pulsent de l'air ! C'est aberrant.

Éviter la double punition d'une facture énergétique qui monte l'hiver et surtout l'été

Il y a aujourd'hui une pression commerciale pour inciter les particuliers à mettre des clim', en disant que c'est moins cher et que ça va les aider à passer nos étés de plus en plus chauds. En fait, ce sera la plupart du temps une double punition : la facture électrique va monter l'hiver... et surtout l'été ! Il faut aussi garder aussi en tête que le prix du gaz, ramené au kWh, reste quasiment moitié moindre que l'électricité.

Ce n'est pas non plus le moment de changer de fournisseur d'énergie dans un moment de panique, alors que personne n'a de visibilité sur les évolutions à court terme. Rappelons au passage la très bonne source qu'est le Médiateur de l'énergie, pour comparer les offres.

Existe-t-il des actions pertinentes, à zéro euro d'investissement, pour limiter sa facture ?  

Oui, bien sûr. On parle souvent ici d'écogestes : ce n'est pas inutile de rappeler qu'il vaut mieux prendre une douche de moins de 5 minutes qu'un bain pour diviser par deux ou trois la quantité d'eau à chauffer. En revanche, les économies sont beaucoup plus anecdotiques sur le fait de couper les box internet, veilles et autres leds. Poussés par la réglementation européenne, les industriels ont par exemple fait passer les veilles d'une moyenne de 10 à 1 W en quelques années ; couper une box va faire économiser 10 kWh dans l'année... 1,9 € ! 

Ces astuces peu onéreuses aux gains économiques importants

Une action vraiment payante, c'est sur l'eau chaude sanitaire et les cumulus électriques : ils sont souvent réglés par défaut à plus de 60°C. On peut abaisser leur température entre 50°C et 55°C sans risquer la légionellose ; on va même au contraire limiter leur entartrage et donc prolonger leur durée de vie. Régulièrement placés dans des endroits non chauffés de la maison, ces ballons et leur canalisation peuvent être aussi facilement isolés. Pour quelques euros investis, le gain sera important.

La base, c'est de baisser ses besoins et surtout d'avoir une consommation d'énergie en phase avec ses usages. Le terme "sobriété" est devenu à la mode. Tout le monde a désormais en tête les 19°C comme température de l'air "idéale" dans une pièce. Mais ça ne veut rien dire : tout dépend du ressenti de la chaleur, qui va dépendre de soi-même, suivant que l'on soit plus ou moins âgé notamment, ou des températures des parois de la pièce où nous sommes. Beaucoup de gens viennent nous voir pour faire des travaux, avec comme première idée reçue : "je change mes fenêtres pour faire de grosses économies"... En fait, ces parois vitrées sont froides, donc inconfortables. Une première action, pas chère, consiste dans la pose de rideaux, pour tester le ressenti, avant d'investir si nécessaire dans les menuiseries. Idem pour le confort d'été : revégétaliser la façade sud de la maison, par exemple avec de la vigne qui va procurer ombrage et humidité, peut permettre de se sentir bien sans clim'.

Quels sont dès lors les meilleurs investissements dans des travaux, avec un rapport coût/bénéfice ?

Nous incitons d'abord à avoir une vision globale, des consommations et des usages, pour prioriser ensuite des travaux. Il faut se rappeler où sont les premiers postes de consommation :  60 % sur le chauffage, 25 % sur l'eau chaude... et des besoins de rafraîchissement grandissant. On va d'abord améliorer l'enveloppe du bâtiment pour abaisser ces besoins, en particulier la toiture. Et pour les isolants, il faut désormais raisonner en confort d'été comme en confort d'hiver : une laine minérale de 20 cm d'épaisseur va isoler du froid comme une épaisseur équivalente de laine de bois ou de la ouate de cellulose... Mais elle isolera deux à trois fois moins du chaud.

Ceci fait, on peut rénover les systèmes de production d'énergie. Soulignons ici l'intérêt du solaire thermique pour l'eau chaude : faire installer un chauffe-eau solaire individuel coûte 5 000 €, or les aides publiques peuvent monter en ce moment à 4 000 € pour les plus modestes. 1 000 €, c'est le prix d'un nouveau cumulus posé ! Nous voyons aussi la demande fortement augmenter pour les poêles ou inserts à bûche, synonymes d'autonomie pour les particuliers... C'est un appoint intéressant qui peut passer en mode "principal" en temps de crise. Ce côté "autonomie" est recherché aussi pour la partie électricité, avec des systèmes solaires photovoltaïques en autoconsommation : pourquoi pas, une fois qu'on a bien travaillé sur l'abaissement des besoins. Et attention de bien adapter sa consommation à la production des panneaux : souvent, on a besoin d'électricité matin et soir... alors que le solaire produit en journée.

Electricité : attention aux factures sur consommation estimée

"Si vous avez un compteur Linky, inscrivez-vous sur l'espace Enedis, ça prend 5 minutes"... Et ça peut éviter gros ! Matthieu Clementé et Olivier Leclercq incitent à utiliser l'outil du distributeur d'électricité pour régler ses factures au réel de ses consommations. "Sinon vous avez des estimatifs de consommation et des régularisations qui peuvent arriver parfois deux ans plus tard. On a le cas d'une personne qui a dû payer 1 400 € de régularisation : au chauffage électrique, elle restait à la même température de chauffe nuit et jour". Les conseillers déplorent qu'Enedis tarde à réaliser sa promesse : placer un compteur déporté dans une pièce de vie de la maison, "comme dans une voiture où on peut voir facilement si on fait un excès de vitesse et de consommation".

Allo, le conseiller Renov' Habitat Grand Narbonne ?

Pour les communes du Grand Narbonne, les conseillers énergie Matthieu Clémenté et Olivier Leclercq répondent aux questions des particuliers sur la rénovation énergétique, les projets de construction, les énergies renouvelables, ainsi que les aides financières. Renov' Habitat Grand Narbonne fait partie du guichet France Renov', piloté par l'ANAH au niveau national, avec le soutien financier de la Région Occitanie et de la communauté d'agglomération du Grand Narbonne. Un service gratuit, sur rendez-vous ou à distance : 04 68 65 41 68 / habitat@legrandnarbonne.com

www.lindependant.fr

Annonce Publicitaire